Les smart phones et la menace qui pèse sur la vie conjugale

Les smart phones et la menace qui pèse sur la vie conjugale
1298 27

Les smart phones et la menace qui pèse sur la vie conjugale

 

En utilisant leurs téléphones portables, les gens cherchent à créer du lien mais ils ne cessent de se couper des gens. Ils partagent leurs moments leurs pensées et leurs photos avec des gens loin de chez eux mais la solitude ne cesse de les ronger. Ceci est dû au fait qu’ils ont perdu le véritable lien. Le virtuel a pris le pas sur le réel et le met sur la touche.

Les résultats d’une étude récente menée par l’université Brigham Young ont permis de découvrir l’influence négative des technologies sur les relations mais aussi sur la santé psychologique des gens.

Les chercheurs affirment : Les plus grands défis et les conflits qui menaçaient les époux concernaient l’argent, les enfants et les relations intimes. Mais les smart phones montent en puissance dans cette liste.

Plusieurs études concernant l’influence de l’utilisation des portables sur les relations avaient déjà été menées, mais celle-ci particulièrement est la première du genre. Elle atteste que la façon dont un des deux époux se comportent avec le portable peut conduire son conjoint dans un véritable état d’affliction ou affecter sa stabilité psychologique.

Le virus dit phubbing

(Contraction des mots anglais phone et snubbing, soit snober son entourage quand on est au téléphone. NdT.)

Quand une personne est préoccupée par son téléphone en présence d’autres personnes qui sont autour de lui, qu’il ignore leur discussion et reste accroché à son téléphone, qu’il répond difficilement, ou ne répond pas, le message qu’il renvoie à ceux qui sont autour de lui est le sentiment qu’ils n’ont que peu d’importance pour lui.

Aussi, étant donné la diffusion de ce phénomène dans le monde et ses nombreuses influences sur les relations conjugales, ou entre parents et enfants, entre amis, sur les relations humaines de façon générale, sur la qualité de l’instruction, du travail et de la communication, une équipe de savants s’est réunie. Elle est composée de psychologues, sociologues, linguistes, techniciens. Leur objectif étant de travailler sur la mise en place d’une terminologie qualifiant ce phénomène, celui de phubbing, qui est entré dans le dictionnaire Macquarie en 2012. Ceci dit, ce terme n’a pas encore un équivalent en arabe malgré la large présence de ce phénomène dans le monde arabe également. Aussi, ceci nous oblige à utiliser le terme anglais qui est en fait la contraction de deux mots anglais phone et snubbing, soit snober son entourage quand on est au téléphone.

Quand une conversation ne peut avoir lieu entre deux époux, ou qu’un moment devant les rapprocher ne peut l’être en raison d’un message écrit, d’un mail, d’une notification sur un réseau social, le message que reçoit le conjoint est : « Ce que je fais sur mon portable actuellement est plus important que toi. » Ou « Je suis plus préoccupé par mon téléphone que toi. » Parfois, le message reçu peut être le suivant : « Tu ne mérites pas mon attention. »

Le rejet est un des sentiments les plus douloureux. Le cerveau le perçoit au même titre que s’il s’agissait d’une douleur physique. A plusieurs reprises et transformer en habitude de vie, celui qui vit ce type de rejet subit un ensemble de ressentiment et de réactions comme : un sentiment de préjudice, une baisse d’humeur générale, le peu de respect de sa personne, des montées de colère et de mauvaise humeur. Avec le temps, ces petites blessures peuvent laisser place à plusieurs chocs. Par ailleurs, ils diminuent la sensibilité à percevoir les relations d’un bon œil, et, plus généralement, la vie dans son ensemble. Le tout, accompagné de signes évidents d’affliction

Le phénomène du phubbing dans le cadre éthique

Une personne qui ignore ceux qui l’entourent, occupée par son téléphone, est considérée comme ayant un mauvais comportement. La biographie prophétique abonde d’exemples qui incitent à rapprocher les cœurs, renforcent les liens d’amitié et de fratrie, préserve les foyers, les mariages. La conduite prophétique ne se contente pas de mettre en avant les valeurs de la famille et l’importance du contrat de mariage. Elle a clarifié les façons de la mettre en pratique à travers la sunna, que ce soit des paroles ou des actes.

L’islam a mis en place une mentalité qui consiste à donner aux choses un ordre de priorité. A la tête des priorités des relations sociales on trouve la famille : « Le meilleur d’entre vous est celui qui se comporte le mieux avec sa famille et je suis celui d’entre vous qui se comporte le mieux avec sa famille. » Et ceux auxquels il convient de faire preuve de plus de générosité sont les proches : « Les proches sont plus en droit de recevoir le bien de notre part. »

Notre besoin est si grand en ces jours de revoir ces priorités à la lumière de cette conduite prophétique. Combien de dialogues entre des époux ont pu être rompus à cause d’une discussion avec un inconnu ou une personne qui se trouve si loin. Combien de jours si chers en famille et avec les enfants ont été perdus à cause d’événements futiles qu’on s’efforçait de suivre. D’informations inutiles, de liens établis sur des réseaux sociaux qui à force d’en abuser ont fini par rompre des liens avec d’autres personnes qui eux nous incombaient.

Le Prophète () est le meilleur exemple de la façon dont il faut procéder pour gagner les cœurs, l’amitié des gens et comment il faut se comporter avec eux. Et notamment, en regardant de face ceux qui nous parlent, en écoutant attentivement ceux qui nous parlent discrètement sans s’éloigner d’eux. Selon Anas : « Je n’ai jamais vu un homme s’approcher du Prophète () et lui parler à l’oreille, sans qu’il n’approche la tête, restant ainsi jusqu’à ce que ce soit l’homme qui retire la sienne. » (Abu Daoud).

Cette attitude du Prophète () qui consiste à faire ressentir à son interlocuteur son importance est la garantie de mettre un terme à ce phénomène du phubbing que les chercheurs aujourd’hui considèrent comme l’une des habitudes les plus dangereuses qui menacent les relations sociales sur tous les coins du globe.

La sunna nous enseigne que le bonheur conjugal et la préservation de la force des liens familiaux ne se gagnent pas avec des slogans mais uniquement par des comportements au quotidien et des détails qui permettent à l’amour et à la miséricorde de perdurer. C’est par exemple, se libérer de ses occupations pour consacrer du temps à son conjoint, jouer avec lui, se rassurer sur son état, lui être agréable et doux. Avec toutes les occupations et les responsabilités qu’aucun autre homme n’a dû supporter, le Prophète () réservait un temps à toute ces choses et nous enseignait donc sur le plan pratique comment un homme doit donner à chacun et chaque chose le droit qui lui revient.

Qu’en est-il d’un mari qui néglige son épouse et ses enfants, ne se tournent nullement vers elle ni ne se préoccupe de son état tout cela parce qu’il est occupé par son téléphone qu’il ne supporte pas de délaisser.

Qu’en est-il d’une épouse qui ne se donne même pas la peine de demander à son mari comment il a passé sa journée ni tente de le rendre serein et remplir son cœur d’espoir ? Cela parce qu’elle est occupée à répondre à tous ceux qui postent des messages sur des groupes Facebook et WhatsApp ou qu’elles participent à des Hashtags sur Twitter.

Le Prophète nous a informés que trois types de distraction ne sont pas considérées comme interdits. Selon ‘Uqba Ibn ‘Amir : J’ai entendu le Prophète () dire : « Trois types de distraction ne relèvent pas du faux : dresser son cheval, jouer avec sa femme et le tir à l’arc. » (Abu Daoud). Le sens de ce hadith apparait plus clairement dans la version de Dârimî qui dit : « Toutes les distractions auxquels l’homme s’adonne relèvent du faux sauf le tir à l’arc, le dressage de son cheval et jouer avec son épouse car celles-ci relèvent de la vérité. » Ces activités, même si elles peuvent sembler n’être que des distractions, il n’en reste pas moins que, vu qu’elles ont de grandes répercussions, et qu’il en résulte de bonnes choses, elles ne sont pas considérées comme relevant du faux.

Ces activités qui sont exceptées de toutes celles qui relèvent du faux ne sont donc pas toutes les autres comme rester en compagnie de ses amis, être en contact avec ses connaissances, s’occuper des affaires des gens, et donc à plus forte raison, être noyé dans les on-dit ou regarder ce qui distrait le cœur et porte préjudice à la foi.

En méditant ce verset : « Puis, quand vous aurez mangé, dispersez-vous, sans chercher à vous rendre familiers pour causer. » (Coran 33 ;53), on se rend compte qu’Allah préserve la sérénité des foyers de l’intrusion intempestive des amis et des invités. Que dire alors de ceux qui envahissent nos vies à travers les écrans.

Recommandations importantes :

Nous donnons ici quelques conseils pour garder le dessus sur les influences négatives du portable dans la vie conjugale.

1-     Protéger le foyer afin qu’il ne soit pas la poubelle et le réceptacle de tous les contenus libertins et sales. Ceci, en utilisant tous les moyens pour filtrer le contenu du net qui arrive à la maison et ne pas le fermer son utilisation à tous les appareils du foyer. Il est plus facile de surfer sur ce genre de site quand on est seul. Cette addiction malsaine au portable n’a pas pour seule conséquence que les parents se détournent des enfants, il ouvre grand la porte à la destruction de toute satisfaction de la vie conjugale et de la chasteté qui est le premier objectif du mariage. Que de plus beau que de voir deux époux s’échanger leurs codes secrets de leurs portables et de leurs différents réseaux sociaux sans pour autant s’espionner ou douter de l’autre mais justement pour établir une confiance réciproque qui est en soi le principe le plus important de la stabilité conjugale.

2-     Prendre garde à ne pas se laisser aller à discuter avec une personne de l’autre sexe sur le net. Ceci doit en principe n’avoir lieu que si besoin est et dans les limites correspondant à ce besoin.

3-     Les spécialistes conseillent de s’éloigner du portable durant ces heures :

-        Après le travail une fois revenu à la maison.

-        Durant les vacances.

-        Durant les moments particuliers.

-        Au cours de discussions sérieuses ou quand on règle des différends.

-        Quand la famille est réunie autour du repas.

Le phénomène qui consiste à ignorer ceux qui nous entourent en restant accrocher à son téléphone et qui est appelé le phubbing a des répercussions gravissimes qui s’étendent jusqu’à porter atteinte à la tranquillité de la vie conjugale, à l’attention portée aux enfants, aux relations entre les membres de la famille et les amis. Ceci parce qu’elle affecte la stabilité psychologique de la personne concernée avant tout, cela ne fait que l’isoler et la priver davantage de véritables relations sous l’appellation trompeuse de ‘ réseau social ‘ alors qu’il s’agit en réalité d’un cas d’addiction à laquelle les savants donnent dernièrement l’appellation de ‘ cocaïne numérique ‘ ce qui a de quoi interpeler notre éveil sur cette question et notre rapport à ce phénomène et bien sûr attirer notre attention sur ces symptômes.

Articles en relation