Al-Fattâh - Le Juge Suprême : un des noms d’Allah

Al-Fattâh - Le Juge Suprême : un des noms d’Allah
1743 150

Al-Fattâh - Le Juge Suprême : un des noms d’Allah

On ne peut connaitre les noms d’Allah qu’à travers les textes scripturaires. Ni la raison, ni un effort de réflexion ne peut nous permettre de les connaitre. C’est pour cette raison que nous sommes obligés de nous en tenir aux versets du Coran ou aux hadiths authentiques de la sunna ainsi qu’à la méthodologie des pieux prédécesseurs pour prendre connaissance du Créateur, se rapprocher de Lui, L’invoquer par Ses Noms et s’avilir devant lui selon leurs significations. Allah dit :

« C’est Allah qui possède les noms les plus sublimes. Invoquez-Le donc par ces Noms. » (Coran 7 /180).

En expliquant ce verset, Shaykh Al-Sa’dî a dit : « Invoquez-Le donc par ces noms. Cette injonction englobe les invocations dans le cadre d’adorations et celles qui comprennent une demande à Allah. Chaque invocation doit être dite en employant le nom d’Allah qui correspond à sa requête. Le fidèle dira par exemple : « Ô Allah pardonne moi et fais-moi miséricorde, tu es le Grand Pardonneur et le Très Miséricordieux. Accepte mon repentir, tu es Celui qui accepte toujours le repentir de Ses serviteurs. Accorde-moi de tes grâces, tu es le Dispensateur de toute grâce. Sois compatissant avec moi, c’est Toi qui es le meilleur compatissant. Et ainsi de suite. »

Parmi les Noms d’Allah qu’on retrouve dans le Coran :  Al-Fattâh - Le juge suprême. Ce nom est mentionné au singulier à une seule reprise dans le Coran dans le verset suivant : « Dis-leur encore : « Notre Seigneur nous rassemblera, puis tranchera en toute équité nos différends, Lui le Juge Suprême, l’Omniscient. » » (Coran 34/26). Il apparaît également une seule fois au pluriel dans ce verset : « Veuille, Seigneur, Toi le plus équitable des juges, trancher en toute justice ce différend qui nous oppose à notre peuple. » (Coran 7/89).

En expliquant ce verset, Cheikh Al-Sa’dî a dit : « Al-Fattâh - Le juge suprême : c’est celui qui juge entre Ses serviteurs par ses lois religieuses, Ses décrets divins et la rétribution de leurs actes. Celui qui, par compassion envers eux, permet aux véridiques d’êtres clairvoyants. Il ouvre leurs cœurs à Sa connaissance, à Son amour et au retour à Lui. Il leur ouvre les portes de Sa miséricorde et de Ses diverses subsistances. Il leur permet de mettre en œuvre les moyens d’obtenir le bien de ce monde et de l’au-delà.

Certaines significations du nom Al-Fattâh - Le Juge Suprême :

Une des significations de ce Nom est qu’il juge en toute vérité et en toute justice. Il juge entre eux au sujet de ce qui les oppose. Allah dit au sujet de Nûh (Noé) :

« Noé implora : « Seigneur ! Mon peuple me traite de menteur. Tranche donc notre différend de manière définitive. Sauve-moi, ainsi que les croyants qui me suivent. » » (Coran 26/117-118).

Tabari explique : « C’est-à-dire, émet un jugement qui fera périr les fautifs et par lequel Tu Te vengeras de ceux qui ont mécru en Toi, nier Ton unicité et ont traité Ton messager de menteur. »

Allah dit en relatant les propos de Shu’ayb :

« Veuille, Seigneur, Toi le plus équitable des juges, trancher en toute justice ce différend qui nous oppose à notre peuple. »  (Coran 7/89).

Ibn Kathir explique : « C’est-à-dire qu’Allah est le meilleur des juges. Celui dont émane la justice et ne fais jamais preuve d’iniquité. »

Un des sens du Nom Al-Fattâh est qu’Il accorde aux croyants la victoire. Allah dit :

« Mais Allah ne manquera pas de faire triompher les croyants ou de prononcer un jugement à l’encontre des mécréants. » (Coran 5/52).

Ibn Abbâs dit de ce verset : « Il s’agit de la conquête de la Mecque et de la victoire de Mohammed, , et de ses compagnons. »

Allah dit :

« Nous t’avons, en vérité, accordé une victoire éclatante. » (Coran 48/1).

Al-Sa’dî a dit : « La victoire dont il est question dans ce verset est le pacte de Al-Hudaybiyya. » Le pacte de Al-Hudaybiyya correspond à la victoire qu’Allah accorda à son Prophète, . Suite à cet évènement, le bien n’a cessé de toucher les musulmans.

Un des sens du Nom Al-Fattâh est qu’Allah détient les clés (mafâtîh) de ce qui est imperceptible. Il accorde aux serviteurs de Son choix subsistance et miséricorde. Il comble leurs besoins, dissipe leurs peines. Et s’Il a décidé d’accorder à l’un de Ses serviteurs Sa miséricorde et une subsistance quelconque, alors personne ne pourra empêcher cette subsistance de lui parvenir, qui qu’il soit. Allah dit :

« Nul n’est en mesure de priver les hommes de ce qu’Allah, dans Sa miséricorde, a décidé de leur accorder. » (Coran 35/2).

Ibn Kathir commente : « Allah nous informe que ce qu’Il veut qu’il advienne aura lieu et ce qu’Il ne veut pas n’aura pas lieu. Personne ne peut priver une personne à laquelle Il a donné quelque chose ni donner quoi que ce soit à une personne qu’Il a décidé de priver. »

Al-Sa’dî a dit : « Allah mentionne qu’Il est le seul à gérer la création, donner et priver Ses créatures de ce qu’Il veut. Allah dit : « Nul n’est en mesure de priver les hommes de ce qu’Allah, dans Sa miséricorde, a décidé de leur accorder. » Or, ceci oblige à être attaché à Allah, faire preuve d’indigence devant Lui à tout point de vue. De L’adorer lui seul et d’avoir peur de lui ou n’espérer que Lui. »

Un des sens du Nom Al-Fattâh est qu’Allah ouvre les portes des épreuves et des calamités à Ses serviteurs. Allah dit :

« Parce qu’ils ont négligé Nos avertissements, Nous les avons laissés jouir à l’envi de cette vie. C’est alors que, pour prix de leur insolence provoquée par tant d’opulence, Nous les avons saisis soudainement, les livrant au désespoir. » (Coran 6/44).

Ibn Kathir commente : « C’est-à-dire qu’ils se sont détournés de Nos avertissements. Ils ont fait semblant de les oublier et les ont jetés derrière leurs dos. Nous leur avons accordé des subsistances selon leur bon vouloir. Or, ce procédé est une façon de les amener à leur perte, par étapes successives. »

Tabari dit : « Allah nous dit qu’Il a modifié l’état de ce peuple en le faisant passer de la difficulté à l’aisance et un certain confort de vie. De la maladie à la santé physique. Et ceci, pour les amener à leur perte, par étapes successives. »

Un des sens du Nom Al-Fattâh est qu’Allah ouvre les portes de Sa miséricorde et de Sa subsistance à tous Ses serviteurs. Il ouvre les portes qui sont fermées dans leurs vies. Allah dit :

« Si les habitants de ces cités avaient cru aux Messagers et craint Allah, Nous leur aurions offert toutes les bénédictions du ciel et de la terre. » (Coran 7/96).

Al-Sa’dî explique : « Une fois qu’Allah a mentionné qu’il a éprouvé par la difficulté ceux qui traitent son messager de menteur à titre d’exhortation et d’avertissement. Puis qu’il les a éprouvés par des bienfaits pour les amener en rusant à leur perte par étapes successives. Allah mentionne que les habitants des cités, s’ils avaient véritablement cru de leurs cœurs avec une foi sincère confirmée par les actes, et fait preuve de piété intérieurement et extérieurement en délaissant tout ce qu’Allah a interdit, Allah leur aurait offert toutes les bénédictions du ciel et de la terre. Il aurait fait tomber la pluie de façon abondante, fait pousser de la terre ce qui leur aurait permis de vivre, eux et leurs cheptels, une vie aisée avec de larges subsistances, sans se fatiguer ni éprouver de peines, sans faire d’efforts démesurés et s’épuiser. Mais voilà, ils n’ont ni adhérer à la foi ni n’ont fait preuve de piété. Allah dit donc : « C’est alors que, pour prix de leur insolence provoquée par tant d’opulence, Nous les avons saisis soudainement, les livrant au désespoir. » Et ce, par des châtiments, des épreuves et en ôtant la bénédiction. Mais aussi, en multipliant les calamités qui les touchaient. Cela n’étant qu’une partie de la rétribution de leurs œuvres. »

Al-Khattâbî a dit : « Al-Fattâh signifie qu’Allah est le juge entre Ses serviteurs. » Plus loin il dit : « Ce Nom peut aussi avoir pour signification qu’Allah ouvre les portes de Sa subsistance et de Sa miséricorde à Ses serviteurs. Il ouvre les portes qui se ferment devant eux dans leurs affaires mondaines, leur permet de mettre en œuvre les moyens pour les réaliser. Il ouvre également leurs cœurs et leurs yeux afin qu’ils puissent voir la vérité avec clairvoyance. »

Dans son poème dit Al-Nûniyya, Ibn Al-Qayyim dit :

Al-Fattâh est un de Ses noms

Deux choses découlent de cette appellation

Un décret qui concerne la religion

Et un autre de la prédestination

Le seigneur édicte ces deux décrets

Ils émanent du Miséricordieux par justice et bienfaits

Celui qui sait qu’Allah est Al-Fattâh, le véritable Souverain qui possède tout ce qui existe, Celui qui ouvre les nombreuses portes les plus variées de la subsistance à ses serviteurs. Alors un tel homme ne s’attachera qu’à Allah et ne s’en remettra qu’à Lui. Allah dit :

« Allah sera toujours d’un soutien suffisant à celui qui s’en remet à Lui. » (Coran 65/3).

« Nul n’est en mesure de priver les hommes de ce qu’Allah, dans Sa miséricorde, a décidé de leur accorder » (Coran 35/2).

Ainsi, si tu rencontres des difficultés et te sens à l’étroit sur cette terre, réfugie-toi auprès d’Allah, Al-Fattâh. Et dis de ton cœur et par ta langue : Ô Al-Fattâh, ouvre-moi les portes de Ta miséricorde. Ô Al-Fattâh, ouvre-moi les portes de Ta subsistance. Allah t’ouvrira toutes les portes qui se ferment devant toi et facilitera tout ce qui était difficile. Il te pourvoira de ce qu’il y a de meilleur en ce monde et dans l’au-delà …

Quant à toi, fais-en sorte d’être à l’image d’une clé qui ouvre les portes du bien aux gens dans la mesure de tes capacités. Bienheureux ici-bas et dans l’au-delà à qui aura su être à l’image d’une clé qui ouvre les portes du bien et ferme celles du mal.

Selon Sahl ibn Sa’d Al-Sâ’îdî, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit : « Le bien (et les bonnes actions) est contenu dans un coffre. Et ce coffre a des clés. Tout le bonheur du paradis sera acquis à un fidèle qu’Allah aura permis être à l’image d’une clé qui ouvre les portes du bien et ferme celles du mal. » Jugé bon par Al-Albânî : rapporté par Ibn Mâjah.

Ô Allah, ouvre-nous les portes de Ta miséricorde et de Ta grâce et fais-en sorte que nous soyons à l’image d’une clé qui ouvre les portes du bien aux gens.

 

Articles en relation