Le compagnon qui a été enterré par les anges

Le compagnon qui a été enterré par les anges
543 70

 

Le compagnon qui a été enterré par les anges

Qu’Allah soit satisfait de lui. Il a tué deux mécréants lors de la bataille de Badr. La femme d’un de ces mécréants avait alors fait le vœu de boire du vin dans son crâne et annoncé qu’elle donnerait de l’argent à chaque fois qu’on le lui demanderait à toute personne qui lui ramènerait notre compagnon mort ou vif. Aussi, lors de l’évènement du puits de Ma’ûna, les mécréants avaient ourdi une ruse contre trois des compagnons dont celui qui est l’objet de notre récit, qu’Allah soit satisfait de lui. Ils en tuèrent deux, enchainèrent le troisième et le prirent avec eux en direction de la Mecque où ils le vendirent à cette veuve dont il avait tué le mari. Ils l’attachèrent à l’aide de chaines. Mais comme ils l’avaient capturé durant un mois sacré, ils étaient d’accord pour ne pas le tuer durant cette période et décidèrent donc de l’égorger après la fin des mois sacrés …

Après cette période, ils l’emmenèrent à l’extérieur de la Mecque et l’attachèrent sur un arbre, en hauteur. Ils réunirent tous les membres de Quraysh pour assister à son exécrable exécution.

Ils commencèrent par le torturer et le taper alors que lui levait la tête n’étant pas du tout impressionné. Abu Sofian s’approcha et lui dit :

« Je t’en conjure. Voudrais-tu que Mohammed soit maintenant ici avec nous, exécuté à ta place ? » Il répondit par sa célèbre citation :

« Par Allah ! Je ne voudrais pour rien au monde que Mohammed soit piqué par une simple épine quand il se trouve chez lui alors comment pourrais-je vouloir qu’il soit à ma place ?! »

Abu Sofian dira : « Je n’ai jamais vu des gens aimer autant une personne comme les compagnons Mohammed aiment Mohammed. » Il continua :

« Réclames-tu quelque chose avant de mourir ? »

« Oui, je souhaite effectuer une prière pour Allah. »

Abu Sofian le lui concéda et ordonna :

« Faites-le descendre et laissez-le faire ce qu’il demande. »

Ses hommes défirent les liens par lesquels il était attaché et notre compagnon d’effectuer une courte prière. Puis, il se leva et dit :

« Par Allah ! N'eût été la crainte que vous pensiez que j'ai peur de la mort, j'aurais prolongé ma prière. »

On le rattachait à nouveau et il se mit à dire ces vers :

Tant que je meurs musulman Je ne me soucie pas

Sur quel flanc, pour Allah, on m’exécutera

Puis il se mit à invoquer Allah en criant de toutes ses forces :

« Ô Allah, nous avons transmis le message de Ton messager. Informe les nôtres de ce qui nous est infligé. Dénombre-les un par un, tue-les séparément et n’en laisse aucun. »

En entendant son invocation, Abu Sofian dit aux Qurayshites qui étaient autour de lui :

« Allongez-vous au sol de peur que son invocation ne s’abatte sur vous. »

Tous s’exécutèrent et notre compagnon était le seul qui avait encore la tête levée. Tous étaient à terre. Voyant cette scène, il rit et dit : « Ô Allah, transmets à Ton Messager ce que j’ai fait. »

L’ange Djibrîl descendit immédiatement du ciel pour informer le Messager d’Allah des détails des évènements alors que les Qurayshites s’apprêtaient à le tuer. Le Prophète () désigna un de ses compagnons auquel il dit : « Va vite à la Mecque et ramène-moi sa dépouille. »

Le compagnon chargé de ramener le corps du défunt relate : « J’arrivais à la Mecque sur les lieux de son exécution et il faisait sombre. Je grimpais en haut du palmier sur lequel il était attaché pour l’en descendre tout en ayant peur d’être vu par les ennemis et tué. Je défaisais les liens et tenter de descendre sa dépouille du haut du palmier mais il me tomba des mains. Je descendais alors rapidement du palmier mais ne le trouvais pas. »

Ce compagnon chargé de cette mission poursuit : « Je continuais donc à le chercher car je ne pouvais pas revenir à Médine sans lui. J’attendais le matin pour y voir plus clair. Mais au lever du jour, il n’y avait aucune trace de son corps. Je rebroussais chemin en direction de Médine, déçu et triste de ne pas avoir pu réaliser la mission qui m’avait été confiée. Arrivé devant lui, et avant même que je ne lui parle, le Prophète, me sourit et dit : « Tu n’as rien à te reprocher, ce sont les anges qui l’ont enterré. »

Il s’agit du noble compagnon, celui que les anges ont enterré, Khubayb ibn ‘Adî, qu’Allah soit satisfait de lui et qu’il le satisfasse.

Louange à Allah. Que la paix et la bénédiction soient sur Son serviteur et Prophète, notre Messager, notre Imam et notre maître Mohammed Ibn ‘Abdillah, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et tous ceux qui suivent le chemin qu’il a tracé, jusqu’au Jour de la Résurrection.

Articles en relation