Pourquoi la femme hérite peu à la mort de son mari et où doit-elle habiter ?
Fatwa No: 420469

Question

Je souhaite que vous clarifiez la raison pour laquelle la femme n’a le droit qu’à une petite partie de l’héritage après la mort de son mari ? Si son mari laisse derrière lui un fils et une fille, elle n’hérite que du huitième des biens qu’il laisse seulement. Et si les enfants demandent à ce qu’elle quitte la maison pour la vendre et partager le montant de l’héritage, où vivra-t-elle ? Et au cas où elle divorce. La femme qui n’a pas la garde des enfants n’a pas le droit à une pension alimentaire de son ex-mari. De quoi peut-elle vivre dans ce cas et si elle n’a pas de famille ? Et pourquoi doit-elle demander à son frère de la prendre en charge financièrement alors qu’elle a quitté le domicile de leurs parents depuis environ vingt ans ? Qu’en est-il si elle ne se remarie pas que ce soit suite à son divorce ou au décès de son mari ? Et à qui revient le devoir de l’assumer financièrement ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Le mari autant que la femme peut hériter moins que les enfants si le défunt a une descendance qui a droit à l’héritage.

Cette faible part de l’héritage n’est pas spécifique à la femme. Le mari peut aussi dans certains cas hériter moins que les descendants ayant droit à l’héritage. Par exemple, dans le cas où une femme décède et laisse derrière elle un mari et une fille. Le mari aura droit à une part inférieure à celle de la fille puisque cette dernière, en plus de la moitié de l’héritage qui lui revient obligatoirement, se verra attribuée le reste, après déduction faite de la part revenant au mari qui a droit au quart. Il en résulte que dans ce cas de figure, la fille héritera des trois quarts de l’héritage et le mari seulement d’un quart alors qu’il est de sexe masculin.

Il est également possible qu’une épouse hérite du huitième de l’héritage et que sa part soit malgré cela supérieure à chacune de celle des enfants, filles et garçons. En effet, si un mari décède et laisse derrière lui une femme et dix enfants, la part de la femme sera supérieure à celle de chaque garçon.

Quant au fait de demander à ce que la maison soit vendue, chaque héritier a droit à sa part. S’il n’est pas possible sur le plan pratique de donner à chacun sa part de la maison et que l’un d’eux souhaite la vendre, les autres seront contraints à le faire.

Pour ce qui est du domicile de la femme suite à cela : Si c’est la mère des enfants alors ce sont eux qui devront prendre en charge les frais dus à son logement. Si elle est pauvre et ne trouve pas de logement. Mais si c’était l’épouse de leur père, et que ce n’était donc pas leur mère, ils ne peuvent pas être contraints, sur le plan religieux, à mettre un logement à sa disposition. C’est à ses proches à elle à qui il revient selon les règles religieuses d’assumer les frais de son logement, ou alors à l’état si elle n’a pas de proche parent.

En ce qui concerne la justice de l’Islam et de la beauté de ses règles en matière de partage des successions, nous vous invitons à lire sur notre site l’article qui se trouve sur ce lien suivant:

https://www.islamweb.net/fr/article/157198/R%C3%A9futation-de-certaines-suspicions-relative-%C3%A0-lh%C3%A9ritage-en-Islam

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui